• laveritablecallas

    Maria Callas méritait bien une pièce ! Jean-Yves Rogale a commencé à écrire cette pièce qui sert au mieux la mémoire de la grande diav dès les années 80. 30 ans après, la voilà enfin sur les planches du Théâtre Déjazet à partir du 22 janvier interprétée à la fois par Lola Dewaere et par Sophie Carrier, tandis qu'Andréa Ferréol joue la mère de Maria Callas.

    Cette pièce nous montre comment, par l’accharnement d’une mère dépressive, par l’amour d’un briquetier passionné d’opéra, qui deviendra son Pygmalion, et par la mégalomanie du plus riche armateur de la planète, qu’elle aimera au dela du possible, cette femme, qui désirait tant être aimée pour elle même verra son espoir s’évanouir pour laisser place à une diva glamour, adulée des foules, dont les sautes d’humeur et les passions amoureuses s’étaleront sur le papier glaçé des magazines à gros tirage

     

    Passez une soirée mémorable dès le 22 janvier 2013 au Théâtre Déjazet !

    Réservations


    votre commentaire
  • COLLAB2_A4_081112

     

     

    Très bonne nouvelle que la reprise de Collaboration, cette pièce d'Harwood saluée par la critique unanime avec comme protagonistes deux excellents comédiens : Didier Sandre et Michel Aumont qui rivalisent de virtuosité. Un bijou à voir dès le 25 janvier au Théâtre de la Madeleine.

    Richard Strauss (Michel Aumont) – Stéfan Zweig (Didier Sandre)
    Le premier proche du régime nazi et se croyant tout puissant et intouchable, non concerné par la politique.
    Le second, au contraire craignant cette politique et la violence qu’elle allait sécréter.
    Ils s’admiraient.
    Ils créeront ensemble un opéra bouffe inspiré de Ben Jonson, "La femme silencieuse" immense succès arrêté dès la seconde représentation par le régime nazi, le nom d’un juif étant resté sur l’affiche malgré l’interdiction.
    Une fois encore la politique de la haine montrait son talent.

    Réservations

     


    votre commentaire
  • Ita_Goldfeld_affiche

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Voici uen pièce intense dont on ne ressort pas indemne ! La pièce d'Eric Zanettacci nous replonge en décembre 1942. Ita L. née Goldfeld a une heure pour choisir : fuir ou attendre… D’Odessa à la rue du Petit Musc, elle a déjà vu tant de choses. « On est en sécurité en France » il disait Salomon... D’après une histoire vraie, cette pièce nous emmène dans le voyage de toute une vie avec l’amour, la force de résister au malheur et la confiance en l’avenir pour bagages. Ita, femme ordinaire, va-t-elle poursuivre son chemin ? Une heure, rien qu’une heure, pour en décider…

    Hélène Vincent, est une comédienne remarquable, qui donc ce one-woman-show tient le public en haleine avec beaucoup d'empathie.

    à partir du 5 février 2013 au Théâtre du Petit Saint Martin

    Réservations

     

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires